INTERVIEW : Jérôme EL-KHOURY, CEO de Waiter

 « La première chose pour monter une boîte c’est l’optimisme. »

CEO de Waiter

Pour faciliter le recrutement dans le domaine de la restauration, Jérôme EL-KHOURY a mis en place Waiter, une plateforme innovante dédiée aux métiers de l’hôtellerie et de la restauration. Cet entrepreneur, autodidacte et locataire dans notre espace de coworking  Le Trèfle, vous fait découvrir son entreprise qui vient tout juste de recevoir la bourse French Tech.

 

Présentez-nous Waiter ainsi que son principe ?

Waiter est une plateforme de recrutement 100% digitalisée, dédiée aux métiers de l’hôtellerie et de la restauration. Nous l’avons lancée en décembre 2017. Le but est de trouver du personnel pour les professionnels de la restauration et du côté des candidats leur permettre de trouver du travail.

Nous sommes partout en France, notre société fait également tout type de contrat et de poste. Notre particularité est qu’on développe un algorithme de matching qui permet de proposer le poste idéal pour le candidat idéal. En effet nous sommes convaincus qu’il n’y a pas de mauvais candidats, ni de mauvaise entreprise, c’est juste une question de bon matching.

Comment fonctionne ce système de matching ?

Lorsque les candidats créent leur profil nous leur posons un maximum de questions qui nous permet de savoir un peu plus sur la personne en face de nous par exemple, leurs informations personnelles, leurs compétences, expériences…

Du côté des recruteurs, au moment où ils postent leurs offres, les questions que nous leurs posons permettent de qualifier au maximum l’offre. Ensuite nous faisons matcher les deux critères et nous créons des profils utilisateurs qui peuvent correspondre. Le professionnel détermine les critères et nous lui proposons des profils en adéquation avec ces derniers.

Comment vous est venue l’idée de créer Waiter ?

J’ai travaillé dans la restauration quand j’étais plus jeune. En journée, je travaillais sur mes projets professionnels et le soir j’exerçais en tant que barman ou serveur en extra pour pouvoir financer l’amorçage de mes sociétés et pour vivre également.

La création de Waiter est née d’un constat simple :  J’avais, très tôt, constaté que les problèmes de recrutement dans l’hôtellerie et la restauration était prédominant depuis des années. Il faut dire qu’avant même d’avoir de bons produits, un bon lieu, une belle carte… ce qui prime c’est la qualité du service avec un personnel adéquat. J’ai vu ce problème très tôt.

J’avais déjà créé plusieurs entreprises, dont un site de rencontre destiné aux personnes sportives, « Run2meet », ce qui m’a permis de monter en compétences sur des sujets aussi riches que variés.  Waiter est la troisième société que je crée et la deuxième dans le digital.

Quel a été votre parcours ?

Je suis autodidacte. Je conçois que pour certaines personnes on est obligé de poursuivre un cursus sinon on ne peut pas s’en sortir. Je ne dirai pas que le cheminement à été facile mais à 19 et 20 ans j’avais déjà une entrepriseLa première, je l’ai créée quand j’avais 19 ans, une boîte d’automobile, j’étais mandataire, je suis resté jusqu’à mes 22 ans. Ce secteur ​à été lucratif mise à part l’arrivé de la concurrence ​qui a  été très rude. J’ai par la suite travaillé 3 ans à la BNP en tant que gestionnaire de patrimoine.

Quelle est la cible de Waiter ?

Nous travaillons avec tout le monde. Nous avons des personnes diplômées d’école de restauration comme des personnes autodidactes ou encore des personnes qui travaillent dans la restauration rapide telle que McDonald’s. Grâce à l’algorithme, nos offres d’emploi sont ciblées.  Une offre est adaptée en fonction de chaque profil.

Quelles sont vos objectifs à court et à long terme ?

Notre objectif est de consolider notre produit à travers de nouvelles fonctionnalités, notamment les outils RH, les outils collaboratifs surtout toute la partie sociale que nous sommes en train de développer.

Nous souhaitons, également, augmenter le nombre de nos clients et notre chiffre d’affaires, mais aussi faire du recrutement en interne car la boîte grandit rapidement. À moyen et à long terme nous voulons consolider notre place sur le marché national voire international. Nous essaierons de dupliquer notre service sur d’autres types de métiers.

Avez-vous des concurrents ?

Nous avons plusieurs concurrents.  Certains de nos concurrents sont sur Paris uniquement. Waiter est national, près des clients et nous faisons du filtrage. Les recruteurs accèdent directement au profil du candidat qui contient toutes les informations le concernant.  Avec nos concurrents nous sommes sur le même marché, mais nous ne proposons pas le même service. En quelque sorte, nous sommes complémentaires.

Pourquoi êtes-vous passez au coworking ?

Pour le coup c’est un hasard car nous étions à la recherche de locaux pour travailler. En outre, les services proposés nous correspondent pour un début. C’est vraiment avantageux car avec un contrat de service et il n’y a rien d’autre à payer. Avec le coworking nous nous retrouvons dans un système où on peut rencontrer d’autres personnes et se faire du réseau.

Auriez- vous des conseils tirés de vos expériences pour toute personne désireuse de se lancer dans entrepreneuriat ?

Je souhaiterais dire qu’il n’y a pas d’échecs dans l’entrepreneuriat il n’y a que des expériences. La première chose pour monter une boîte c’est l’optimisme. Tout n’est qu’expérience. Si tu prends la décision de monter ta boîte tu vas la monter. Il faut arrêter de se mettre des limites. Foncez !

Yolande TOURE